Arrivé,
dans l’antre des femmes par excellence,
l’emprise des sens
me submerge de volupté,
de parfums et de lumière,
colorées, diversifiées, et chaloupées.

La musique douce et suave m’enveloppe
et mon être est en paix.
Pourtant une question envahit sans cesse mon esprit :
Que fais-je ici ?
Suis-je ici pour quelqu’un ?

Je ne remets pas en cause ce fait.
Je suis là pour faire la fête.
Et pourtant, je me retrouve seul
à cette table pour écrire ces mots
qui sortent de moi, pour Toi,
la femme à qui je rêve sans cesse.

Idéale beauté,
extérieur, intérieur,
rien à dire,
tout de toi est parfait,
je t’attendais.

Depuis longtemps,
j’attend, je t’attends.
Toi qui lit ces mots,
mi-prose, mi poème,
j’essaie de te dire que je t’aime,
et la musique de plus en plus forte
couvre ces paroles
sorties tout droit de mon coeur.

Je t’aime.
Rien ne va plus,
tout va bien,
et un monde meilleur que je prépare aujourd’hui,
sera mieux demain, le meilleur.
Pas le pire, car le rire
transmute la haine en amour.

Et ton sourire apaise la peine
qui m’empêche de jouir
de chaque moment passé dans tes bras.
Toutes les nuits où je pense à toi,
tes doigts parcourent mon corps,
et des frissons hérissent mes poils.

Le simple plaisir passionné opère
et font vibrer mes sens en émoi
devant tant de beauté.

Tu lis ces lignes.
Jamais je n’aurais espéré
un jour te rencontrer.
Mais voilà que tu es là,
à côté de moi,
et je sens monter en moi beaucoup de pensées
que je cache par timidité.

Bientôt tu viendras t’asseoir.
Je te tendrais ce carnet
et tu commencera à lire.
Maintenant tu as presque fini et,
tes regards étonnés ne sont pas sruprenants.
Pourtant, tu peux me croire,
l’amour est là,
et tout dépend de toi maintenant.

Dis-moi : « Mais tu es fou ? J’adore… »
Ainsi sera pour moi la preuve
que quelque part existe
un Dieu inconnu,
mais qui connaît chacun de nous
par le coeur,
et récompense
le simple, le juste, le curieux
par le plus beau cadeau qu’une vie
puisse avoir,
une femme,
un être aimé.

Je souhaite maintenant
lire dans tes yeux
beaucoup d’amour à partager.
Donne-moi
un baiser,
un bébé,
une vie enflammée,
pleine de mystère,
de passion,
et je te comblerais de toute mon infinité
d’amour inconditionné.

Je t’aime.

Acte 2 >>